quote

Effectuer une nouvelle recherche


quote


Ve tract La Rose Blanche, 1940.

Hans et Sophie Scholl


Nous avons grandi dans un Etat où toute expression de ses opinions personnelles était impossible. On a essayé, dans ces années si importantes pour notre formation, de nous ôter toute personnalité, de nous troubler, de nous empoisonner. Dans un brouillard de phrases vides, on voulait étouffer en nous  la pensée individuelle, et on appelait cette méthode : « formation pour une  conception saine du monde ». Par le choix du Führer, un choix comme on n’en pouvait faire de plus diabolique et de plus borné à la fois, des hommes sont devenus des criminels sans dieu, sans honte, sans conscience ; il en a fait sa suite aveugle, stupide. Ce serait à nous, « travailleurs intellectuels » de régler son compte à cette nouvelle clique de Seigneurs. Des combattants du front sont traités comme des écoliers par des Chefs de groupe, ou des aspirants Gauleiter.